Historique

De la lumière au son

Stéphane Cardinaux invente le concept du LVA en 2013. Grâce à 15 ans d'expérience en bioénergie et plus de 2000 bilans par électrophotonique GDV, il ne cesse d'améliorer les grilles d'interprétations psycho-énergétiques qui avaient été mises au point pour cette machine dès 2008 et publiées en 2012 dans le livre Science et conscience de l'invisible. Fin 2013, il s’est mis à la recherche d’une autre machine quantique à laquelle il pouvait appliquer et automatiser l'interprétation en utilisant les grilles. Stéphane se procure un appareil très mystérieux, le Bioscope, qui lui a permis de faire le lien entre la signature vibratoire du champ électrique et son interprétation psycho-énergétique. Ainsi après le GDV qui mesurait la lumière émise par les êtres vivants (rayonnement bio-photonique), le LVA mesure le son, inaudible, émis par la matière vivante ou inerte.

Une machine innovante en psycho-physique

Début 2015, sous l’impulsion de Catherine Anae Martin et avec l'aide précieuse de quelques amis très sensibles, nous avons passé deux ans à compléter le système d'interprétation psycho-énergétique, un travail éprouvant pour mettre des mots et des sensations sur les fréquences de la gamme audio (de 1 à 22’000Hz). Il a fallu déterminer toute l’architecture vibratoire et faire le lien avec la tradition ésotérique (indo-européenne). Notre livre Structures Vibratoires  résume cette recherche passionnante. Quand le système d'analyse des signaux mis au point par Gautier Havelange a été couplé au système d'interprétation psychologique, le LVA était devenu une machine fonctionnelle et totalement innovante car étalonnée à partir du ressenti humain et des perceptions extrasensorielles. Le LVA système combine les principes de la psycho-physique et de la bio-résonance.

Le premier soft sur Excel

Un premier prototype du logiciel a été mis au point en utilisant le Digilent à la place du Bioscope. Plus d’une année fût nécessaire pour affiner les calibrages et vérifier que le résultat des mesures correspondait bien au ressenti. En juillet 2017, le LVA est enfin disponible sous la forme d'un soft qui pilote le hardware, automatise les mesures, les calculs, leur analyse et leur présentation sur Excel.

Le soft LVA

Grâce à un crowdfunding soutenu par 25 personnes, le LVA a pu être développé et affiné dans les formules de calcul. Lors du premier congrès LVA, fin 2018, nous avons pu le présenter devant 60 personnes. Début 2019, c'est la mise en place de la plate-forme LVA pour la gestion des licences et des clients ainsi que le téléchargement des mises à jour. En parallèle, une structure pour la formation a été mise en place. En mai 2019, la version finale du soft est disponible. Dès lors, nous avons amélioré le soft, commencé la mise au point de modules spécifiques pour certains domaines d'application, traduit le soft en anglais et en espagnol et enfin, rédigé un guide d’utilisation.

Merci !

Nos remerciements à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la mise au point du LVA sans compter leur temps, à nous faire confiance dès le départ, à œuvrer avec patience et passion pour ce merveilleux outil de connaissance de soi et du monde. En particulier aux principaux membres du groupe de recherche : Laurent Gachoud, Katia et Denis Richard, Gorka Cruz, Françoise Bouvier, Thierry Warpelin et Jean-Luc Magnenat.

Et bien sûr les personnes qui ont participé à la première levée de fond : Olivier Domenjoz, Katia Richard, Laurent Gachoud, Teresa Olivares, Francoise Bouvier, Gabriel Beaumont, Laurence Schull, Lionel Domon, Olivier Bourdeaux, Isabelle Revaz, Jonas Vuille, Philippe Rosset, José Luis Roldan Ruiz, Jean-Pierre Marty, Olivier Chofflon, Jean-Luc Magnenat ,Laurent Fayet, Corinne Lebigot, Alain Lenormand, Marek Riond, Victor Charruaud, Pierre-Alain Vernet, Françoise Erman